Actualité




08.03.2012 - Biangue Tinda, Jean - Forum des jeunes 2012 : "Nous ne devons pas decevoir les attentes des jeunes a


Camerounlink.net a rencontré  Monsieur Jean BIANGUE TINDA, représentant de la diaspora au forum de la jeunesse organisé par le ministère de la jeunesse et de l’éducation civique au palais des congrès de Yaoundé les  07 et 08 février 2012


Monsieur BIANGUE, vous avez représenté la diaspora camerounaise au forum de la jeunesse pouvez-vous dire aux internautes de camerounlink.net de quoi il était question ?

Biangue Tinda Jean : Je vous remercie de me donner l´opportunité de parler de ma présence récente au Cameroun. Comme vous le savez, avec la dernière réorganisation gouvernementale, il a été créé un nouveau ministère uniquement pour la jeunesse et l´éducation civique. Ce ministère est dirigé par M. Ismael Bidoung Mkpatt. Ce commis de l´état camerounais est chargé de redynamiser la jeunesse camerounaise et de lui redonner ses repères dans le monde de  la formation, du travail et du civisme. Son ministère est chargé d´organiser la fête de jeunesse en coopération avec le ministère de l´enseignement secondaire. M. Bidoung Mkpatt et son équipe ont lancés pour la première fois au Cameroun un forum des jeunes sur le thème :« Insertion socio-économique et professionnelle des jeunes : défis et perpectives ». Il a eu lieu les 7 et 8 fevrier 2012 au palais des congrès de Yaoundé.


Quelle appréciation faites-vous de l’organisation du forum dans sa globalité, quand nous savons que certaines rencontres précédentes du genre ont souffert d’une insuffisance criarde dans ce domaine ?


Biangue Tinda Jean : Je peux dire sans hésiter que ce forum a été réussi sur  le plan organisationnel. Faire venir 1500 jeunes et responsables de tous les coins du Cameroun et de l´étranger, les entretenir et leur donner le parterre nécessaire pourqu´ils puissent communiquer et poser  leurs problèmes et surtout en trouver des solutions n´est pas gagné d´avance. Mais tenez vous tranquille, les jeunes eux-mêmes ont saisis l´occasion pour en faire une réussite. Ils ont vite compris les enjeux et ont donnés le maximum pourqu´ils ne sortent pas de la capitale sans qu´on soit conscient de leurs problèmes. Par ailleurs, on a vu les responsables de plusieurs ministères s´ouvrir aux jeunes pour leur expliquer exactement ce que le pays prévoit pour eux. Ces responsables ont bravés toutes les questions d´une jeunesse qui avait soif de communiquer. Comme disent des sages,  là où il y a de volonté, il y a de l´espoir et des solutions. Il y avait de la volonté au forum des jeunes et je tiens à féliciter tous les participants et organisateurs pour cette ouverture d´esprit qui leur permettra d´intégrer la jeunesse camerounaise dans les grandes réalisations si toutes ces intentions sont vraiment suivis d´actions et actes réels et efficaces.


Comment se sont déroulés les travaux du forum et dans quel domaine êtes-vous intervenu ?


Biangue Tinda Jean : Le forum a eu lieu les 7 et 8 février. Le 7 a vu l´ouverture du forum par le représentant du chef de l´Etat, M. le premier ministre Philemon Yang , suivi de plusieurs exposés des ministères camerounais comme le MINJEC, Le MINEPAT,  le MINEFOP, le MINFOPRA, le MINPFROFF, le MINADER, le MINREX, le PNUD, la CCIMA, le MINEPIA, le MINATD, le MINDCAF, le MINRESI, etc … Pour finir des groupes ont été mis en place pour préparer les ateliers qui devaient avoir lieu le lendemain. Ces ateliers touchant les trois secteurs publics, privés et partenaires internationaux, seront répartis par régions. Les représentants de la diaspora se retrouveront dans le troisième atelier touchant la contribution des partenaires au développement à l´insertion socio-économique et professionnelle des jeunes. Les ateliers seront pleins car les jeunes ont voulu faire connaitre leurs soucis et problemes. L´ambiance sera cordiale du début jusqu´à la fin. Ceci revient aux modérateurs qui sont très ouverts et surtout aux jeunes qui démontrent un comportement responsable et qui savent poser leurs problèmes et surtout insister lorsque le besoin se faisait sentir. Nous de la diaspora, allons poser clairement les  problèmes de nos jeunes qui n´ont pas accès aux projets, stages et emplois au Cameroun. Lorsque le moment viendra de proposer des solutions, nous le ferons aussi  comme tous les autres. Par exemple, tous les programmes financés par les partenaires internationaux passent par le gouvernement. Mais comment emmener les jeunes des régions désenclavées à avoir accès à ces programmes qui se trouvent quelque part au ministère de la planification ? Ici il est clair que les experts de tous les ministères impliqués doivent analyser profondément leurs procédures et la route suivie par le projet de la banque mondiale  jusqu´aux zones rurales. Des ministères qui sont déjà bien établis sur le territoire national et qui ont accès aux jeunes doivent travailler en étroite collaboration avec ce ministère pour véhiculer les projets vers les zones rurales.
Personnellement, le temps fort a été ma participation au défilé de la fête de jeunesse sur la tribune présidentielle qui m´a permis de revivre en directe la puissance et le potentiel qui se cache derrière la jeunesse camerounaise. Pour un patriote invétéré comme moi, je dirais que ça été un évènement que je n´oublierai  pas de sitôt. Notre jeunesse est notre futur et elle ne devrait pas être un problème, mais notre fer de lance.


Pensez-vous que tous les problèmes de la jeunesse camerounaise ont été posés et débattus ?


Biangue Tinda Jean : A la sortie des ateliers, beaucoup de problèmes ont été identifiés et des propositions de solutions sont aussi venus des jeunes. Je souhaite seulement que l´on se base sur ces résultats des ateliers pour résoudre les problèmes de la jeunesse camerounaise. Ca serait un désastre de déformer leurs doléances pour présenter autre chose au chef de l´état car pas plus tard que dans un an, ils reviendront pour voir ce qui a été réalisé. Veillez vous refferer au rapport de la diaspora que nous avons redigés pour avoir un appercu des problèmes que nous identifiés et les solutions que nous avons proposés au gouvernement camerounais.


Pensez-vous que la jeunesse camerounaise est suffisamment outillée pour intégrer la vision émergente du Cameroun ?


Biangue Tinda Jean : Je le répète volontiers, il n’y aura pas d´émergence au Cameroun sans la jeunesse camerounaise. En 2035, les camerounais qui tiendront l´émergence entre leurs mains et par leur travail ont aujourd´hui entre 10 et 15 ans. Plus de 70% de nos ainés qui ont conçu l´émergence pour 2035 seront à la retraite. Logiquement il s´agit pour notre génération de mettre les bases de l´émergence et former ces enfants pour en faire les moteurs du Cameroun moderne. Nous avons le gros pari de lancer les grands travaux qui nous mèneront vers le développement par la révolution agricole par exemple, et en même temps de former nos enfants sur le plan civique et technologique pour éterniser le développement. Mais si l´on regarde la réalité aujourd´hui et les chiffres au sortir du forum des jeunes, je dirais que seulement 20 % des jeunes, sinon moins ont recu la formation technologique pour être des moteurs économiques et managers de demain. Le niveau d´éducation au Cameroun est élevé certes, mais la formation technologique et pratique dans le secteur industriel et agricole fait defaut. Il faudra mettre les bouchées doubles pour réussir le pari et surtout il faudra savoir exactement où se trouvent les priorités et comment les réaliser. Or nous avons un sérieux problème de suivi  et maitrise d´œuvre au Cameroun. C´est à ce niveau que nous devons commencer. Que ce que l´on a décidé dans un forum soit aussi suivi jusqu´au bout. Que les projets lancés et financés soit suivis au jour le jour pourque l´on voit venir les problèmes et que l´on puisse les calibrer pour assurer le succès du projet. Que la maitrise d´œuvre permette de vérifier la qualité du travail fourni et de déceler les détournements de fonds à temps. Que des projets importants déjà financés par  la C2D depuis un an ne soient plus bloqués au Minefi sans raisons logiques apparentes. Tout doit être contrôlé rigoureusement au jour le jour par des services spéciaux affiliés au premier ministre. Oui,  Le Cameroun a besoin d´un Manager de  l´émergence. Un organe de suivi et contrôle de chaque pas, travail et projets en phase de réalisation dans ce pays quel que soit le village où il est réalisé. C´est sur la base de cette rigeur que se mesurons les résultats palpables sur la route vers 2035. On saura alors mesurer l´importance de la jeunesse camerounaise et on saura lui donner la formation technologique et civique ainsi que l´emploi dont elle a besoin pour devenir le moteur de la croissance.


Vous êtes finalement un habitué et un Expert dans ce genre de plates formes car après le FORECDIA en 2010 et le DAVOC en 2011, c’est maintenant le  forum de la jeunesse,   qu’est ce qui explique cette sollicitation permanente ?


Biangue Tinda Jean : J´ai été contacté par le gouvernement Camerounais par les canaux officiels. Vous savez que c´est le Minrex qui est chargé des camerounais de la diaspora. C´est donc ce ministère qui met à la disposition du gouvernement les personnes ressources venant de l´étranger. Il existe une bonne partie de compatriotes qui veulent faire avancer les choses et qui insistent et osent de plus en plus comme l ´a souhaité le chef de l´état. Ils veulent faire bouger les choses dans la bonne direction et ne se laissent pas embaricader dans des visions politiques et tribales. Ils mettent le travail et l´efficacité en avant. Ils mettent la lutte pour le progrès continu et le développement durable de l´Afrique noire en première position. Je fais partie de cette race de camerounais et d´africains. Heureusement pour nous il existe de plus en plus de compatriotes au Cameroun dans les services publics et privés qui regardent dans cette direction et qui veulent aussi faire avancer le pays et non seulement le saigner financièrement. Ils nous permettent aussi de participer aux réflexions, actions et projets pour la résolution des problèmes qu´affrontent notre pays. Nous discutons, analysons et proposons des solutions aux problèmes. Nous apportons des solutions technologiques. Nous signons clairement la participation de la diaspora d´une manière intellectuelle et pratique à la construction de notre pays. Je suis heureux de le faire et je vais continuer tant que notre pays aura besoin de moi. Le Cameroun a été à l´origine de ma formation en Allemagne par une bourse d´études. C´est un devoir citoyen de mettre ses capacités intellectuelles au service de son pays. Surtout lorsque l´on est africain.


Vous êtes à la fois interpelés et impliqués, pensez-vous que les choses bougent et changent de manière effective ?


Biangue Tinda Jean : Au fil des années nous avons réussi à bâtir la confiance dans les relations entre nos institutions, la société civile et nous. A travers le dialogue nous avons reconnus les besoins et définis le cadre de l´apport de la diaspora pour la construction nationale. Ceci nécessite que les compétences de la diaspora soient connues et rassemblées. Ensuite ces compétences doivent être canalisées de manière efficace vers le secteur public et privé camerounais. Je travaille  depuis plusieurs années aussi dans cette optique. Nous avançons et nous espérons fermement trouver la meilleure formule pour le réussir en collaboration avec les autorités en charge de gérer les camerounais de l´extérieur et ceux chargés de gérer l´emploi et la création des entreprises au Cameroun. Nous essayons de mettre sur pied les cadres nécessaires pour l´apport technologique et commerciale de la diaspora.


Au sortir du forum vous avez rédigé avez les autres délégués de la diaspora (Me Jean Baptiste NGANDOMANE et Me NDA ZOA Flore Agnès) un rapport du forum que vous avez transmis au Président de la République, au Premier ministre Chef du gouvernement et au ministre de la jeunesse et de l’éducation civique. Comment entendez-vous organiser le suivi et l’intégration du contenu de votre rapport  dans ce que nous pouvons appeler la banque de donnée d’actions et de propositions pour une jeunesse camerounaise plus dynamique, efficace et apte à relever les défis de l’émergence du Cameroun ?


Biangue Tinda Jean : Nous avons été invités au forum pour reflechir et proposer. Nous l´avons fait. Tout comme les jeunes ont décelés les problèmes et proposés des solutions, nous de la diaspora avons aussi rédigé notre rapport que nous avons remis à la présidence, au premier ministère, au MINJEC et à plusieurs ministres, ainsi qu´à la presse publique, privée et cybernétique pour l´information des jeunes et des camerounais. L´analyse des problèmes et solutions proposées, la réalisation de propositions jugées bonnes et adaptées revient au chef de l´état et au premier ministre et son équipe gouvernementale. Le suivi revient au gouvernement s´ils  jugent les propositions importantes et réalisables. Si notre pays nous rappele pour réfléchir et construire nous devrions répondre présent. Mais la vraie réussite sera atteinte lorsque nous pourrons canaliser l´apport de la diaspora apolitique  de manière systématique pour la construction nationale et l´émergence en 2035 à travers des outils et solution stables.


M. Biangue Tinda ,  croyez-vous vraiment à l´émergence du Cameroun en 2035 ? N´est-ce pas tout simplement un slogan politique ?


Biangue Tinda Jean :   Ça doit sûrement étonner plus d´une personne de voir un cadre de la diaspora comme moi croire en l´émergence en 2035. Mais laissez mois vous dire que j´ai longuement réfléchis sur cette vision. Elle me plait. Elle ne me plait pas parce que c´est le président Biya qui veut l´atteindre, mais elle me plait d´abord parce que je suis un amoureux du développement du continent noir. Si en 2035 le Cameroun peut être émergent , pourquoi pas ? Pourquoi ne pas embrasser ce concept développé par des camerounais intelligents dans nos ministères et se battre par tous les moyens pour qu’il se réalise ? En fin de compte, ce sont les populations qui vont en profiter. C´est notre pays et notre continent qui va en profiter. Alors moi je dis : Paul Biya et son équipe ont créés le concept de l´émergence en 2035. Nous, camerounais libres de nos décisions ; décidons de tout faire pour orienter nos vies vers la réalisation de  cette vision. Si dans 50 ans nous sommes un pays développé, pensez-vous que ça intéressera notre descendance quel président a eu l´idée de lancer le programme de l´émergence ? Pas tous. Ce qui va intéresser tout le monde c´est le fait que notre génération a épouser ce concept et a pris ses responsabilités pour réaliser cette vision dont ils vont profiter. C´est ce travail que nous allons fournir qui les rendra fiers de leurs grand parents que nous serons. Pensez-y sérieusement avant de vous moquer du programme de l´émergence en 2035. La vie m´a appris que c´est nous-mêmes qui sommes maitres de notre destin et notre avenir est ce que nous avons voulu en faire.


Quels conseils pouvez-vous prodiguer à vos frères jeunes


Biangue Tinda Jean : Merci pour cette question. Je dirai aux jeunes du Cameroun que ce pays est le leur et que c´est eux qui seront chargés de conduire le Cameroun vers le développement. Ils doivent le faire savoir à ceux qui refusent de le voir ou de le savoir. Cette vérité est tout un programme et ce programme doit être réalisé. Ce programme signifie : Accès à l´éducation, à la formation technologique, aux connaissances entrepreneuriales, aux TICs gratuitement, aux propositions d´emploi et de stages,  à la création et financement d´entreprises, au civisme, au sport, à la nutrition.


A la sortie du forum vous avez créé en Allemagne une nouvelle association nommée Citizen Service Corps qui semble t´il est orientée vers le Cameroun. Pouvez-vous nous en parler et quel rôle jouez-vous dans cette association ?


Biangue Tinda Jean :  En effet , dans un réflexe dynamique de développement participatif nous avons pris nos responsabilités et créer une association assez spéciale , différente des autres dans sa manière de fonctionner et qui a pour but principal , faciliter la réalisation des projets venant de la diaspora vers le Cameroun à travers un travail professionnel, un Workflow efficace et une orientation très accentuée vers la réalisation technologique. La diaspora doit réussir à créer des entreprises au Cameroun et participer au développement de notre pays en créant des richesses et en offrant de l´emploi et une excellente formation à nos citoyens. CSC est un outil pour intégrer la diaspora économique dans les grandes réalisations qui mèneront vers l´émergence du Cameroun en 2035. Le membres créateurs de la CSC (  http://www.citizenservicecorps.org )  sont des cadres qui ont fait leurs preuves en Allemagne et au Cameroun. Nous sommes guidés par un des codes éthiques les plus coriaces de l´Afrique subsaharienne que nous suivrons avec rigueur. Je suis le directeur de Communication du groupe.


Votre mot de fin

Biangue Tinda Jean : Je vous remercie pour l´occasion donnée d´informer les camerounais et surtout la diaspora apolitique que j´ai représenté au forum des jeunes. J´invite tout le monde à relire notre rapport et réfléchir sérieusement à la réalisation des recommandations qui sont faites pour la jeunesse camerounaise.


Nous vous remercions.


Liens  :

Rapport général de la diaspora sur le forum des jeunes organisé par le Minjec
les 7 et 8 fevrier 2012.



Biangue Tinda, Jean


Retour


05.12.2017 - L Citizen Service Corps e.V. réhabilite entièrement l´école publique d´Aloum 1  [3645 hits]

25.09.2017 - EMISE OFFIZIELLE DE L ECOLE MATERNELLE PAR LA CITIZEN SERVICE CORPS e.V. Á NNEMEYONG PAR NGOULÉMAKON  [3940 hits]

08.11.2016 - Une association Citizen Service Corps e.V. (CSC e.V.) en Allemagne au secours de l`education au Came  [5949 hits]

08.11.2016 - Des camerounais à l´école du Management Commercial et Business Intelligence à Yaoundé.  [6186 hits]

10.11.2015 - L´ONG Camerounaise de droit Allemand, Citizen Service Corps e.V. (CSC e.V.) au service des écoliers  [6541 hits]

10.11.2015 - 97 % de satisfaction à la sortie d´une formation offerte par trois experts de la Diaspora à Yaoundé  [6596 hits]

10.05.2015 - Suivez le DOSSIER de la production énergétique au Cameroun  [0 hits]

10.05.2015 - Suivez le DOSSIER de la sécurité routière au Cameroun  [0 hits]

18.01.2015 - Cameroun : le retour des diplômés de la diaspora  [0 hits]

23.11.2014 - OPPORTUNITE DE BOURSE: LʼEthique en Leadership pour le Développement Transformationnel  [6846 hits]

03.10.2014 - COOPERATION AFRICANBIB ET CITIZEN SERVICE CORPS e.V. SEPT2014  [0 hits]

03.10.2014 - Internet : La région de l`Est a sa fenêtre sur le monde, oeuvre de Jean T. Biangue  [6819 hits]

03.03.2013 - Le projet Compétences 2035 de la Diaspora permet de trouver les offres d´emplois  [7437 hits]

27.01.2013 - Innovation : Un membre de la Citizen Service Corps crée un nouveau navigateur des sites web sur inte  [7500 hits]

26.01.2013 - Rapport de quelques activités de la CSC e.V. en 2012  [7265 hits]

09.12.2012 - MVONDO MVONDO “ALLER EN GUERRE CONTRE LES ACCIDENTS DE LA ROUTE AU CAMEROUN”  [8397 hits]

27.07.2012 - Mi-Temps : 1-0 pour Myvie International lors du forum de la diaspora JEDEC & KAB 2012 à Yaoundé.  [7929 hits]

10.07.2012 - La Citizen Service Corps (CSC) entame son travail au Cameroun.  [7002 hits]

28.04.2012 - CSC affiche ses ambitions au Cameroun  [7407 hits]

09.04.2012 - CSC – Citizen Service Corps e.V. annonce un partenariat stratégique avec Camerounlink.net et Ident.A  [6908 hits]

08.03.2012 - Cyrille Mvondo Mvondo, CEO de la Citizen Service Corps e. V : "Nous suivons un Code de Conduite stri  [7908 hits]

08.03.2012 - Biangue Tinda, Jean - Forum des jeunes 2012 : "Nous ne devons pas decevoir les attentes des jeunes a  [8081 hits]